Comment éduquer vos enfants ? Qui aura le dernier mot sur quoi ?

 

Parce qu’aimer veut dire éduquer, vous voulez pour vos enfants ce qu’il y a de meilleur en matière d’éducation. Pourtant, vous ne savez pas toujours comment vous y prendre. Leur refus d’obéissance a parfois (ou même souvent) tendance à prendre une tournure drama théâtrale, dans laquelle les négociations et le volume sonore vous font perdre la tête. Comment affirmer votre autorité avec bienveillance ? Qui aura le dernier mot ? Et sur quoi au juste ?

Conflits parents enfants

 

Quand affirmer son autorité ?

Tous les enfants, aussi mignons soient-ils, finissent tôt ou tard par s’engager dans des luttes de pouvoir avec leurs parents. « Non, pas au dodo », « Si un bonbon », « Ben, non je le fais pas !», « J’irai quand même à la boum de ma copine »… Pas toujours simple de garder la tête froide lorsqu’on veut se faire obéir et éduquer ses chérubins. A quel moment est-il indispensable de se battre pour le dernier mot? Quand un compromis peut-il être envisagé ?

Défendre les règles universelles

Pour faire accepter les interdits rien de tel que d’expliquer à votre enfant ce que sont les lois du monde. Oui, les choses qu’il ne peut absolument pas faire sont punies par la loi. Ne pas taper, mettre sa ceinture en voiture,  ne pas voler. L’enfant ne peut pas avoir le dernier mot en cas de non-respect, tout simplement parce que ce n’est pas vous qui dictez ces règles universelles, mais la loi. Ainsi, une fois que la violence a été expliquée comme interdite, inutile de vous justifier à chaque fois par de longues tirades. Soyez ferme et catégorique, optez pour le « c’est comme ça et pas autrement !». Evidemment ne réglez pas la violence par une fessée : #pascredibledutout.

Faire appliquer des règles familiales

Personne n’aime recevoir des ordres, ni s’entendre dire ce qu’il doit faire à longueur de journée… « Met ton manteau », « Prend ton sac d’école », « Dépêche toi, tu vas être en retard », « Range ta chambre », « Accroche ta serviette de bain ». Dieu sait que la liste peut être longue ! Certains enfants trouvent cela carrément insupportable. Alors, ils se rebellent et cherchent à obtenir le dernier mot. Et ça nous fatigue. Certains autres, ignorent totalement le flux d’ordres et de commentaires. Alors, on répète, on répète… on a le dernier mot, mais on est tout aussi épuisée. Quand on en arrive là, c’est qu’il est temps d’organiser un conseil de famille afin de choisir ensemble les règles de la maison.

Mener un conseil de famille dans lequel chacun a son mot à dire

Non, ce n’est pas une méthode de maîtresse d’école, ni une démarche laxiste de néo-baba cool. Le conseil de famille permet à chacun de respecter ce qui est fixé. Donner des consignes claires structure les enfants, qui savent ensuite à quoi s’en tenir. Cela les guide sur le chemin de l’autonomie et de la coopération. En bref, tout comme les règles du jeu permettent de jouer, celle de la maison permettent de vivre ensemble en harmonie. Alors comment faire ?

On définit des règles claires (applicables par les parents aussi), on convient des sanctions en cas de non soumission à ces règles (pour les enfants et les parents), on établit un contrat, on l’affiche à la vue de tous, on l’applique et le tour est joué ! Adios les ordres à répétition, adios les « je cherche à argumenter, négocier, et avoir le dernier mot ». Tout le monde sait ce qu’il a à faire. Agnès Duteil, mère de 5 enfants, conseille lors de ses ateliers éducatifs, de commencer par 5 ou 6 règles simples qui améliorent le quotidien. Celles-ci peuvent évoluer graduellement en fonction de l’âge des enfants ou des récurrents problèmes familiaux.

Enfant en colère

Gardez à l’esprit que pour se battre, il faut être deux !  Alors, si vous entrez dans un conflit dans lequel chacun essaye d’obtenir le dernier mot, il faut que cela vaille le coup !  Faites-le pour des règles non négociables ou des valeurs familiales très fortes. Car l’enfant qui a le dernier mot dans une dispute, se voit plus fort que vous. Il sort gagnant et valide sa toute-puissance vis-à-vis de ses parents. Et les enfants-rois qui nous marchent sur la tête, on est tous d’accord : on en veut pas !

Trouver un compromis : une solution gagnant/gagnant ?

Plutôt que de donner des conseils et de dicter des règles auxquelles les enfants doivent s’exécuter sur le champ : il est possible de leur donner un choix fermé ou d’user d’empathie, tout en obtenant ce que vous voulez bien sûr.

Par exemple, ne dites pas « va te coucher, c’est l’heure de l’histoire !», mais : « tu préfères aller te coucher maintenant avec une petite histoire, ou dans dix minutes sans histoire? ». Vos petites têtes blondes auront l’impression de contrôler un peu leur vie.

Et ensuite : « Tu as choisis de te coucher un peu plus tard et sans histoire, maintenant tu regrettes, je comprends. Demain, tu choisiras peut-être de te coucher rapidement avec une petite histoire, allez dodo !».  Vous développez le sentiment de responsabilité de vos enfants.

La négociation évite bien des situations explosives, non ?

Esquiver les prises de becs avec humour

Il est inutile de mordre sans cesse à l’hameçon, mieux vaut parfois lâcher prise, blaguer et respirer. Il ne s’agit pas d’être over-cool, mais de feinter les disputes. Mais alors là, on vous laisse faire les Wondermum!

 

A bientôt sur les réseaux sociaux d’Abitare Kids 🙂

Découvrez notre E-shop ici !

Facebook Abitare KidsGoogle Plus Abitare kidsInstagram Abitare KidsPinterest Abitare KidsTwitter Abitare KidsYoutube Abitare Kids

Laisser un commentaire